25 juillet 2009

Diaspora et société civile en RDC

Afrique du Sud: La Diaspora et la Société civile Congolaises sont dotées d'une synergie pour un changement radical

Alain Ngulungu

19 Février 2009


Kinshasa — La diaspora, comme le dit le poète Boniface Mongo Mboussa, «peut servir à la renaissance de l'Afrique». Celle de la RDC -au regard de la précarité de la situation politique et sécuritaire- en a heureusement, bien qu'en léger retard depuis l'organisation en 2008 de premières assises de Congolais de l'étranger, pris conscience.

En effet, l'Hotel Rosebank de Johannesburg a abrité du 14 au 15 Février 2009 un atelier organisé par le Forum des Organisations Congolaises en Afrique du Sud (FOCAS) en collaboration avec Kara Heritage Institute et Open Society Initiatives for Southern Africa (OSISA).

Réunissant de congolais venus de la RDC et de la diaspora (Afrique du sud, Belgique, Usa, Canada), l'atelier avait pour thème principal: «Leadership de la société civile en RDC. Rôle de la diaspora dans la consolidation de la paix et la reconstruction». Donner de la matière permettant à la diaspora congolaise afin de «participer efficacement au renforcement de la société civile congolaise à privilégier des moyens démocratiques dans la recherche de solution à la crise congolaise en toute son extension», était le leitmotiv principal de cet atelier.

Aussi, était-il question de sensibiliser la diaspora congolaise à privilégier de moyens démocratiques dans la recherche de solution à la crise congolaise. Car, il a été révélé que les différentes rébellions s'étaient servies en partie de la diaspora pour y recruter des officiers et soldats qui ont tué et violé leurs frères et soeurs et finalement détruit leur pays.

De brillantes analyses et réflexions ont été faites par les orateurs, notamment: «survol de la crise politique congolaise. De la dictature à la guerre de libération et de la guerre pour les élections à la guerre pour rien» du Prof. Ngoma Binda de l'Unikin (RDC); «Paix durable en RDC et intérêts des Etats de Grands lacs Africains.

Comment un peuple peut influencer un agenda de paix» du Prof. André Mbata Mangu de l'UNISA (Afrique du sud); «Rôle de la Diaspora Congolaise d'Afrique du Sud dans la Consolidation de la paix et la Reconstruction de la démocratie en RDC» du Prof. Kankwenda Mbaya de l'ICREDESA (Canada) ou encore l'intervention du Prof. Georges Nzongola-Ntalaja de l'Université de North Carolina at Chapell Hill (USA), etc.

Le débat, à cet effet, deux jours durant, avait mis à nu les défis ci-après: le danger imminent de balkanisation, l'irresponsabilité de la société civile, faiblesse du leadership politique, l'Etat en RDC est en faillite et n'est à mesure de répondre aux défis de la mondialisation et aux enjeux géopolitiques dans la région de Grands lacs et dans le monde.

A l'issue de cette rencontre de près de 100 participants, les Congolais ont accepté de mettre en place un réseau de solidarité de la société civile Congolaise mondiale pour mener des actions concertées pour la paix durable dans une démocratie participative et la reconstruction nationale en RDC.

C'est dans ce contexte qu'un travail est déjà entamé par le comité de suivi de l'atelier pour faciliter l'intégration des syndicats et organisations non gouvernementales de la société civile congolaise avec celles de la SADC, particulièrement des mouvements sociaux progressistes de l'Afrique du Sud comme COSATU, Kara Heritage Institute etc. Cela en vue d'une prise en charge de la lutte du peuple Congolais par d'autres peuples et Nations-frères.

Par ailleurs, les participants ont établi un «agenda stratégique de la paix en RDC». Ceci viendrait contredire les paix lénifiantes que proposent à la RDC, les plans Cohen, Sarkozy etc. Ils se sont engagés aussi à faire le monitoring des activités institutionnelles liées au processus de paix et de développement durable en RDC.

C'est ainsi que du côté gouvernement Congolais, ils ne demandent que celui-ci: exigela réparation et la prise en charge de victimes de guerres causées par les auteurs directs ou intellectuels, privés ou publics, étatiques ou multinationaux exploitant illégalement les ressources du peuple Congolais et contribuant à l'exacerbation de violence guerrières en RDC; plaide à l'établissement d'un tribunal international spécial ou mixte pour tous les graves crimes commis avant l'entrée en vigueur de la Cour Pénale Internationale, soit le 1er juillet.

A en croire François Butedi Nzolani, Directeur Exécutif Adjoint de FOCAS, un des organisateurs de l'atelier, il est donc plus urgent de créer si pas redynamiser la synergie entre la société civile et la diaspora congolaise en vue de perdurer les recommandations prises durant ces deux journées de randonnée congolaise en terre sud africaine, notamment: de créer une synergie entre la société civile et la diaspora congolaises et d'envisager un agenda pour la paix stratégique en RDC.

Posté par Politicongo à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Diaspora et société civile en RDC

Nouveau commentaire